July 01, 2014


A ROTATING COLLECTION OF WORKS FROM ARTISTS WE HAVE EXHIBITED THROUGHOUT THE YEAR. BE SURE TO KEEP AN EYE ON THE 'NEW WORK' SECTION OF OUR WEBSITE, OR PHONE US TO FIND OUT WHAT'S NEW! 

BE SURE TO CHECK OUR OPENING HOURS ON THE CONTACT PAGE!

 

Zilon ; le parrain du street art au Québec (Godfather of Quebec StreetArt)

 

Murale sur Marie-Anne et Saint-Dominique (Montréal) 

(Article continues in french only)

par Sabrina Desjardins 

 

Les débuts

Il a d’abord peint en s’inspirant fortement du vocabulaire des grands courants artistiques tels que l’impressionnisme, l’hyperréalisme et l’art abstrait. Zilon a fait ses débuts de façon très anonyme, soit en organisant des soirées de dessin dans des édifices abandonnés, qu’il appelait des « antigaleries », où il invitait les gens à venir créer en apportant leurs propres instruments. Il n’y avait aucune règle dans ces soirées intitulées « Cocktails graffitis ». Aussi, il ornait de son art les murs des toilettes de clubs de nuit, des ruelles et des cours d’écoles. C’est au courant des années 1980 que Zilon obtient sa première exposition à la galerie Pepsee. C’est néanmoins lorsque les frères Holders le découvrent, en 1986, que tout décolle vraiment pour l’artiste. Avec l’installation « Zilon means bu$ine$$ », qui décorait le club nouvellement acquis, au coin des rues Milton et Saint-Laurent, par les deux frères Holders, l’engouement du public s’est fait ressentir, la couverture médiatique du travail de l’artiste a ainsi débuté.

 

L’univers Zilonien

Ses personnages aux traits épurés s’avèrent en même temps violents dans leur facture. En effet, la simplicité et la précision des traits de pinceau confèrent aux personnages de Zilon un impact saisissant. Ils sont en quelque sorte devenus l’alter ego de Zilon. Ceux-ci vous regardent avec une patente défiance. Tout comme avec Zilon, on doit appréhender ces personnages avant de parvenir à pénétrer leur bulle.  Leurs yeux en amande arborent un style très manga, malgré que Zilon affirme que cela ne constitue pas une inspiration pour lui. Zilon a toujours incarné cette légende de l’artiste solitaire, bien qu’il aurait volontiers accepté de se joindre à un regroupement si une occasion intéressante s’était présentée à lui. Dans son univers, la musique occupe une place de choix. Celle-ci l’aide à passer à travers les moments difficiles mais est également très importante lorsqu’il crée. Certains types musicaux l’inspirent en regard des couleurs, d’autres des gestes, et ce sont en partie les mélodies qui contribuent à provoquer les élans de sa créativité.

 

 

 

Zilon, nouveau travail à Galerie Station16

 

Récemment, Zilon a participé au festival MURAL, où il a créé une œuvre monumentale aux allures de bande-dessinée. L’artiste aime beaucoup le fait d’avoir à habiller les espaces qu’il peint. L’improvisation est la clé dans son cas : c’est ce qui fait que les formes s’emboîtent et qui parvient à les relier ensemble au final. On peut admirer le travail qu’il a produit pendant le festival au coin des rues Marie-Anne et Saint-Dominique à Montréal.

 

Pour Zilon, le respect artistique est primordial, surtout dans le milieu du street art, puisque l’on sait qu’il est très facile pour tous d’esquisser un graffiti par-dessus une œuvre déjà existante. Ceci est inacceptable pour l’artiste, qui prône le respect urbain. Sa façon unique de faire de l’art, son côté à la fois old school et avant-gardiste ainsi que sa versatilité en font une perle rare dans le milieu de l’art urbain québécois.

 

À suivre…

Prochainement, il exposera à Toronto, au Spoke Club, plus précisément en octobre. Juste avant, il participera à un projet à Paris, au mois de septembre. C’est l’entrée dans une nouvelle ère pour l’artiste, qui est désormais représenté par la galerie Station 16. On parle d’une renaissance, dans le sens où une nouvelle génération d’amateurs de street art aura l’occasion de découvrir son art. Station 16 encadrera l’artiste dans ses idées et ce dernier crois que la galerie lui permettra d’aller plus loin dans son travail. Il assure que son côté plus agressif s’apaisera pour se traduire plus subtilement et de manière plus sophistiquée à travers la maturité qu’il a acquis avec le temps. « Le vieux punk en moi ne meurt pas, il va juste se coucher plus de bonne heure ». Il demeure un artiste des plus authentiques, ce dont il est très fier. Le parcours tumultueux de l’artiste a commencé il y a déjà près de 40 ans, et il n’est pas près de s’achever, il faut donc rester à l’affût de ses prochains projets pour pouvoir entrer dans son univers explosif. 

 

DJ Zilon

 


Station 16
Station 16

Author